“Au sein de KFC le recrutement est basé sur les aptitudes des candidats et non sur les diplômes, nous utilisons la Méthode de Recrutement par Simulation (MRS) “

Isabelle Harion, Responsable Emploi
publié le 22 avril 2013

KFC est une enseigne de restauration rapide spécialisée dans le poulet appartenant au groupe Yum!, elle possède 152 restaurants en France et 8 000 collaborateurs travaillent pour l’enseigne. L’enseigne prévoit d’atteindre 300 restaurants d’ici 2017. Fortement engagé en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap, KFC a notamment signé un partenariat de recrutement avec Pôle Emploi. Entretien avec Isabelle Harion Responsable Emploi KFC France.

Quels sont les engagements du groupe KFC en faveur des travailleurs handicapés ?
 
En 2008, nous avons signé un accord d'entreprise avec les organisations syndicales dans le but de favoriser l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap. Cet accord prévoit notamment de recruter au minimum deux travailleurs handicapés par restaurant. Les axes principaux de notre politique handicap sont le recrutement et le maintien dans l’emploi, mais nous travaillons également avec le secteur protégé et adapté (aménagement des espaces verts et mise sous pli et mise à disposition de personnel en restaurant).
 
Nous avons signé la charte de la diversité et nous avons un accord avec Pôle Emploi qui nous accompagne dans notre politique de recrutement. Au sein de KFC, le recrutement est basé sur les aptitudes et les compétences des candidats et non sur les diplômes. Pour le recrutement de nos employés polyvalents, nous utilisons la Méthode de Recrutement par Simulation (MRS), développée par Pôle Emploi. Le but de cette méthode est de mettre en situation les candidats afin de détecter leurs aptitudes au poste proposé plutôt que leur CV.
 
 Combien de personnes en situation de handicap recrutez-vous par an ?
 
Grâce à nos actions le nombre de travailleurs handicapés au sein du groupe KFC a été multiplié par trois depuis 2008. Nous atteignons aujourd’hui un taux d’emploi de 4 % et continuons nos efforts dans ce sens.
 
Quels types de profils recherchez-vous ? Avez-vous des difficultés à recruter ?
 
Tous nos métiers sont ouverts aux personnes en situation de handicap, nos principaux postes sont :
Le directeur de restaurant : il prend en charge la responsabilité des ventes, la rentabilité des restaurants et le développement des équipes. Il est également garant de la satisfaction de la clientèle.
L’assistant manager : s’occupe de la gestion courante du  restaurant, il s’assure du respect des normes d’hygiène et des procédures  et anime une équipe de 15 à 20 personnes.
L’employé de restauration : en contact directement avec la clientèle, il gère la préparation des produits, l’accueil et le  service des clients.
 
Nous n’avons pas réellement de difficultés à recruter. En revanche, les personnes en situation de handicap hésitent parfois à postuler en restauration pensant que les conditions de travail ne sont pas adaptées à leur handicap. Au sein de KFC, nous travaillons au cas pas cas et nous mettons tout en œuvre pour faciliter l’insertion des personnes en situation de handicap.
 
Comment sensibilisez-vous les salariés au handicap ?
 
Nous mettons en place des campagnes de communication interne et intervenons directement dans les restaurants pour sensibiliser les collaborateurs. Notre objectif est de rassurer les salariés et de les inciter à se déclarer comme travailleurs handicapés. Tous nos directeurs de restaurant sont également formés sur le sujet du handicap et communiquent régulièrement auprès de leurs équipes.
 
Que faites-vous pour maintenir l’emploi des personnes en situation de handicap ?
 
Le maintien dans l’emploi est l’un des axes de notre politique handicap, nous travaillons avec la médecine du travail, les Sameth et des ergonomes. En fonction de leurs recommandations nous mettons en place des aménagements d’horaires et de postes de travail. Il nous est arrivé de prendre  en charge le financement de matériels permettant d’améliorer les conditions de travail (par exemple un fauteuil spécialisé).
 

Propos recueillis par Olivier Angelini